Derniers sujets
» actif topic mimouni reporter souss com
par silicon Jeu Mar 31, 2016 11:37 pm

» Forum Bled Amazigh feed links
par silicon Dim Fév 14, 2016 1:52 am

» Souss com le forum Imazighen
par silicon Dim Fév 14, 2016 1:51 am

» Amazigh Amazighité Amazighisation
par silicon Jeu Déc 17, 2015 10:17 pm

» inas inas de Rouicha encapsulée par Mimouni
par silicon Lun Déc 07, 2015 1:47 am

» Sitemap de #Mimouni Tanmerte
par silicon Sam Nov 14, 2015 9:18 pm

» Mimouni : chef d'oeuvre du génie Amazighien
par silicon Mar Oct 27, 2015 11:40 pm

» Le Portail Blad du Marocain
par silicon Dim Oct 11, 2015 4:10 pm

» Le Site Marocain Blad emerge par l'analyse politique Mondiale
par silicon Ven Oct 09, 2015 8:50 pm

» Mimouni dénonce ce patrimoine mondial qui reflète encore l'exploitation des esclaves
par silicon Mar Oct 06, 2015 3:41 pm

» Le Roi d'Égypte Amazigh Shishunk dans la Bible
par silicon Lun Aoû 03, 2015 11:00 pm

» Momie Berbere des siecles avant les pharaons
par silicon Lun Aoû 03, 2015 10:59 pm

» Tamazighte et sympatisants Tamazirte
par silicon Lun Aoû 03, 2015 10:57 pm

» Le Maroc militaire ,defense tridimentionnelle
par silicon Dim Juil 05, 2015 2:53 am

» Yabiladi refuse d'embarquer sur l'arche de Noe
par silicon Jeu Mai 21, 2015 9:30 pm


Ahidouss: Musique et danse de l'Atlas Marocain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ahidouss: Musique et danse de l'Atlas Marocain

Message par tafalkayte le Dim Mai 04, 2014 9:16 pm

 Ahidouss: Musique et danse de l'Atlas Marocain

le gestuel enivrant  source lematin


Ahidouss est l'une des danses les plus importantes qui a un caractère collectif connu dans la société amazighe au Maroc. C'est un moyen qui permet au groupe d'exprimer l'émotion partagée par les individus. Il est lié aux fêtes sociales et religieuses et notamment aux mariages. L'art d'Ahidouss ne se limite pas à la simple distraction, mais il permet aussi et surtout de mettre en valeur l'histoire d'une région et reflète sa culture et la beauté de sa nature. C'est un moyen de communication entre les individus du groupe et une expression de l'esprit collectif et de solidarité entre les tribus amazighes.

Comme art très enraciné dans la culture amazighe, Ahidouss, se trouve être intimement lié à un ensemble de coutumes et de rites. Ces traditions et ces rituels ont une forme obligatoire que le danseur récitant respecte jusqu'à la sacralité. On avance même que l'introduction du volet religieux (tassarut, arzzum) dans la poésie amazighe est nécessaire pour combattre et éloigner l'esprit du mal. Avant le début de la danse, ils récitent fréquemment des vocations pleines d'apostrophes et d'interpellations telles que par exemple :
- Nnzur-k a rebbi
I max ka ad-i ya_
- Nous commençons avec le nom de Dieu pour qu'aucun mal nous atteint !
De même, on trouve qu'après ces récitations fréquentes qui précèdent la danse, le premier izli reste attaché au volet religieux, et on peut dire qu'il y a un postulat qui domine la philosophie du poète amazigh que ce izli exprime:
- Wa bismilah unna wr-t innin
Ur i mi ad as yali wawal
- Tous ceux qui ne commencent par le nom de Dieu
N'ont pas l'ambition que leur parole soit écoutée.

La culture amazighe, comme le reste des autres cultures humaines, n'est pas épargnée de la conception métaphysique de la poésie qui a habité la conscience de l'homme amazigh surtout le poète. Pour eux ces mythes ne sont pas des illusions ou des contes de fées, mais des vérités intuitives vues dans leur imagination. Dans le cadre de la culture amazighe, la théorie de l'inspiration divine se trouve présentée. La poésie comme l'Amdyaz Ouasta est une inspiration divine:
- Zur_-k a sidi rebbi d ittasin awal
Sg idmarn iddud inm-a_d s imi
- Je commence par le nom de Dieu qui porte la parole
Au thorax et qui parvient sur mes lèvres avec une grande fluidité.


Plus encore, on avance que parmi les refrains d'izlan y'en a ceux qui sont une création d'un djinne qui habite les cavernes du Haut-Atlas à côté de la zaouïa de Sidi Hamza Ouiach. La danse d'Ahidouss préserve ses rites qui sont probablement l'héritage de la civilisation païenne et polythéiste, chez les tribus d'Aït Merghad par exemple, la danse ne débute qu'après la citation de groupe de l'expression «A Bayyada» plusieurs fois.

Ce qu'on relève dans cette expression, c'est qu'elle se compose de «A» qui est un moyen d'apostrophe dans la langue amazighe, et «Bayyada» qui est un terme dont la plupart des gens ignorent la signification, certains disent que là c'est le nom de la «divinité de la joie» ou «divinité des mariages», cette explication n'est pas bien fondée, «elle [la musique amazighe] a pour cadre essentiel une vie paysanne, où les aspects sacrés et profanes sont étroitement associés, où le technique se conjugue avec le rituel, la croyance avec l'acoustique, et, comme nous le dit l'auteur ; où la mémoire et la création relèvent d'un ordre commun.»
Les éléments principaux de la danse d'Ahidouss sont aux nombre de quatre à savoir : La musique, l'action, le public et izli.

La musique :
Si Ahouach se base sur des instruments variés à savoir le tambour, le tam-tam et naqous, Ahidouss lui, au contraire, se base uniquement sur le tambour (allun) qui se différencié de celui d'Ahouach. Le rôle d'«allun» ne consiste pas seulement à créer le son musical, mais aussi, il intervient dans la composition du rythme ainsi que dans le changement d'un rythme à l'autre. Il sert aussi à orienter le genre de l'action (le mouvement) à introduire dans la danse.
L'action :
L'ensemble des mouvements sciemment organisés et exercés par les danseurs. La danse d'Ahidouss est une unité susceptible d'être décortiquée en des séquences de mouvements dont chacune est composée d'une série de geste conçue dans la redondance gestuelle réalisée par les danseurs de manière cohérente et gouvernée sous l'égide du lyrisme «izli».

On observe dans Ahidouss une diversité de mouvements: il y a la baisse, le mouvement circulaire en direction de la droite, alors que dans Am_ray, il y a les marées, le pied droit en direction de l'avant. Généralement, Ahidouss se caractérise par la lenteur au contraire d'Ahouach et il faut des études approfondies et en grand arsenal théorique pour bien comprendre la musique et la danse d'Ahidouss.

Le Public-Spectateur:
C'est l'un des caractères catégoriels collectifs de la danse d'Ahidouss, le spectateur-observateur n'a pas seulement une simple présence ; mais représente un élément primordial qui porte à la perfection de la réalisation de cette danse. Il participe dans l'armature de la chaîne communicative qui s'établit entre l'émetteur (le danseur) et le récepteur (le public). Cette dualité entretient des relations étendues qui consistent en le fait que l'acteur constitue l'objet des représentations conçues comme sujet et champ d'observation que le spectateur a tendance à jouer.

Izli:
L'origine linguistique «izli» a comme pluriel «izlan»; il est prononcé au Rif «izri», plr. «izran» avec un «r» non géminé, conformément à la règle des variantes phonétiques des dialectes amazighs, L---R. Ce concept est utilisé à Zwawa, Jbel Nfoussa et Ghadamès, sous forme «azli», son étymologie est relié à sa racine verbale «ezli» qui veut dire « chanter» dans ces régions. Tandis qu'au Moyen-Atlas et à l'Est du Haut-Atlas, on dit «ibbiy izli» c'est-à-dire «découper un vers (un chant)» ou «composer un chant».

Un rapprochement est remarqué entre ce genre poétique et le nom du poète «alizlan», comme il a été cité par A.El Jerrari: «Parmi ceux que mentionnent les références, leur poète (celui des amazighs) alizlan –originaire du Moyen-Atlas- a laissé des poèmes où il fait l'éloge de l'héroïsme et le fantasia».
Au niveau sémantique: il s'avère difficile de préciser le sens d'izli, puisque il multiplie et varie ses formes, en plus il a connu un progrès. C'est pour cela, que le terme izli prend des définitions variées, on cite quelques unes:
Selon les uns, «izli» «est composé de deux vers et un refrain, c'est le genre où les poètes s'émulent et essaient leurs chances dans la spontanéité et la riposte».
Pour d'autres : «la poésie des dialogues et des critiques est en amazigh: Izlan, son singulier est izli, les poètes y traitent l'éloge, le satire, l'érotisme et d'autres thèmes»

Ces définitions paraissent partielles, c'est-à-dire, qu'elles partent de la partie pour généraliser les jugements. Ainsi, pour les premiers : «le vers» équivaut «une ligne poétique», car ils ont cité des exemples sous forme de distique, les amazighs l'appelle «Afrradiy» (l'unique); cependant la fréquence du refrain n'est pas générale pour izli.

Ce qu'ils présentent n'est qu'une forme parmi d'autres prises par izli, le même cas pour les seconds, étant donné qu'il existe des formes des opposés ou des dialogues, comme le cas d'izli stable.

Si on essaye de regrouper les définitions, on dira que izli est un genre poétique sous forme de distiques (parfois quatre vers) ayant un sens, il peut être accompagné d'un refrain «L_a», sa langue est soutenue, plein d'images poétiques et d'une finesse dans le sens; relatif à l'état d'âme du poète, et à son entourage naturel et social.





tafalkayte

Messages : 73
Date d'inscription : 17/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ahidouss: Musique et danse de l'Atlas Marocain

Message par tafalkayte le Dim Mai 04, 2014 9:19 pm



Chaque region Amazigh a son Ahidouss

tafalkayte

Messages : 73
Date d'inscription : 17/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum