Derniers sujets
» actif topic mimouni reporter souss com
par silicon Jeu Mar 31, 2016 11:37 pm

» Forum Bled Amazigh feed links
par silicon Dim Fév 14, 2016 1:52 am

» Souss com le forum Imazighen
par silicon Dim Fév 14, 2016 1:51 am

» Amazigh Amazighité Amazighisation
par silicon Jeu Déc 17, 2015 10:17 pm

» inas inas de Rouicha encapsulée par Mimouni
par silicon Lun Déc 07, 2015 1:47 am

» Sitemap de #Mimouni Tanmerte
par silicon Sam Nov 14, 2015 9:18 pm

» Mimouni : chef d'oeuvre du génie Amazighien
par silicon Mar Oct 27, 2015 11:40 pm

» Le Portail Blad du Marocain
par silicon Dim Oct 11, 2015 4:10 pm

» Le Site Marocain Blad emerge par l'analyse politique Mondiale
par silicon Ven Oct 09, 2015 8:50 pm

» Mimouni dénonce ce patrimoine mondial qui reflète encore l'exploitation des esclaves
par silicon Mar Oct 06, 2015 3:41 pm

» Le Roi d'Égypte Amazigh Shishunk dans la Bible
par silicon Lun Aoû 03, 2015 11:00 pm

» Momie Berbere des siecles avant les pharaons
par silicon Lun Aoû 03, 2015 10:59 pm

» Tamazighte et sympatisants Tamazirte
par silicon Lun Aoû 03, 2015 10:57 pm

» Le Maroc militaire ,defense tridimentionnelle
par silicon Dim Juil 05, 2015 2:53 am

» Yabiladi refuse d'embarquer sur l'arche de Noe
par silicon Jeu Mai 21, 2015 9:30 pm


Amnesty refuse queLes femmes réfugiées Syriennes se transforme en fromage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amnesty refuse queLes femmes réfugiées Syriennes se transforme en fromage

Message par abdelmalek le Mer Avr 30, 2014 7:19 pm

Les femmes et filles Syriennes courent le risque d'etre violées et exploitées sexuellement dans les camps de refugiés apres avoir fuient la Syrie pour échapper au meme procédé.
Amnesty International et ses sympathisants a travers le monde attirent l'attention sur ce genre de comportement et dénoncent tout agissement ou actions illégales envers ces réfugiées de la guerre et de la misere.


avatar
abdelmalek
Admin

Messages : 83
Date d'inscription : 16/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amnesty refuse queLes femmes réfugiées Syriennes se transforme en fromage

Message par abdelmalek le Mer Avr 30, 2014 7:20 pm

Jordanie : la détresse des réfugiées syriennes du camp de Zaatari

De nombreuses femmes et jeunes filles ont quitté la Syrie pour trouver refuge en Jordanie, en partie pour fuir les risques de viols et d’agressions sexuelles. Ces femmes courent toujours le danger de subir des violences sexuelles dans le camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie.
Les sympathisants d'Amnesty International du monde entier entament ce lundi 25 novembre une campagne d'action de 16 jours contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles.

Les Seize jours d'action contre la violence liée au genre sont l'occasion d'exercer des pressions sur le gouvernement jordanien pour l’inciter à prendre des mesures pour empêcher la violence sexuelle subie par les réfugiées syriennes du camp de Zaatari en Jordanie. Ces femmes ne peuvent même pas accéder en toute sécurité aux installations sanitaires, par crainte d'actes de violence sexuelle ou de harcèlement.
Le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

La violence liée au genre et les violences faites aux femmes désignent les violations des droits humains commises contre des femmes et des filles parce qu'il existe des inégalités entre les genres et parce que les droits fondamentaux des femmes ne sont ni reconnus ni protégés par les gouvernements et les sociétés. Elles englobent entre autres la violence domestique, les abus sexuels, le viol, le harcèlement sexuel, la traite des femmes, la prostitution forcée, les pratiques préjudiciables.

En dépit des efforts déployés par les personnes qui défendent les droits fondamentaux des femmes, les guerres, les conflits internes et la répression violente des mouvements politiques et de justice sociale peuvent avoir des répercussions particulières et souvent disproportionnées pour les femmes, et accentuer les violences qu’elles subissent.
Le camp de Zaatari, en Jordanie

Depuis le début du soulèvement en Syrie mi-mars 2011, plus de 100 000 personnes ont trouvé la mort à cause de la crise et du conflit armé interne qui ont suivi. Plus de 2 millions de Syriens ont fui le pays pour échapper à la violence et aux violations des droits humains généralisées, dont des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. La grande majorité d'entre eux se trouvent au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Irak et en Égypte.

Les équipes d’Amnesty International ont rencontré des centaines de réfugiés de toutes les régions de Syrie qui avaient fui dans les pays voisins. Chacun a une histoire différente de souffrances et de survie, mais la plupart des Syriennes réfugiées interrogées dans les camps ont affirmé que la principale raison de leur départ était la crainte des viols et des agressions sexuelles.

Le camp de Zaatari - le deuxième plus grand camp de réfugiés au monde - situé dans une zone rude et désertique, qui accueille près de 120 000 réfugiés sur les 500 000 qui arrivent en Jordanie. Nos chercheurs se sont notamment entretenue avec des femmes et des jeunes filles de ce camp, qui est administré conjointement par le HCR et le gouvernement jordanien, et les réfugiés y vivent en grande partie de l'aide et des services fournis par des organisations humanitaires. L'insécurité y est un grave problème. Les criminels sont nombreux et agissaient en toute impunité.

Une situation particulièrement difficile pour les femmes

L'insécurité générale dans le camp de Zaatari est aggravée par d'autres difficultés qui touchent tout particulièrement les femmes et les jeunes filles.

Ainsi, nombre d'entre elles nous ont expliqué que les toilettes collectives n'étaient pas éclairées – il semble que les lampes soient régulièrement volées par des habitants du camp – et qu'elles ne s'y sentaient pas en sécurité, notamment une fois la nuit tombée. Elles craignent en particulier d'y subir des violences ou du harcèlement sexuels, ou d'autres agressions.
Par ailleurs, dans certaines parties du camp, les hommes ont annoncé publiquement que les toilettes n'étaient pas sûres et que les femmes ne devaient pas s'y rendre après 22 heures. En conséquence, nombreuses sont celles qui évitent d'y aller, en particulier la nuit, ce qui a de graves conséquences sur leur santé. Ainsi, beaucoup se sont plaintes de souffrir d'infections urinaires. Nos chercheurs se sont entretenus avec trois médecins du camp, qui ont confirmé que ces infections urinaires étaient dues au fait que les femmes se retenaient d'uriner.

Certaines femmes ont aussi raconté qu'elles avaient peur de la violence et du harcèlement sexuels quand elles se déplaçaient dans le camp et que de nombreuses rumeurs faisaient état de violences de ce type.

Le dernier cas d’agression sexuelle signalé est celui d'une réfugiée syrienne de 14 ans qui, selon les informations parues dans la presse, a été violée en réunion par trois hommes syriens le 24 septembre 2013.

Une organisation jordanienne qui propose des services psychosociaux aux femmes et aux jeunes filles syriennes dans le camp de Zaatari nous a indiqué qu'elle recevait chaque mois, en moyenne, trois à cinq d'entre elles qui se plaignaient d'avoir subi une forme de violence sexuelle ou de violence liée au genre.

D’autres femmes ont également signalé que des Jordaniens visitaient le camp à la recherche d’épouses. Le jeune âge des mariées et leur statut jugé inférieur en tant que réfugiées les expose à l’exploitation sexuelle et à d’autres abus au sein de ces mariages, dont certains peuvent être temporaires.

Selon le HCR, des comités de réfugiés, au sein desquels la représentation des femmes sera obligatoire, sont en cours de création, et un audit sur la sécurité est actuellement mené par le groupe de travail sur les violences liées au genre dans le camp de Zaatari.

Il est à espérer que ces deux initiatives permettront de faire progresser la prise de conscience concernant les défis auxquels font face les femmes et les jeunes filles et qu’elles aboutiront sur un plan d’action qui contribuera à combattre le problème du mariage précoce.
avatar
abdelmalek
Admin

Messages : 83
Date d'inscription : 16/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amnesty refuse queLes femmes réfugiées Syriennes se transforme en fromage

Message par abdelmalek le Mer Avr 30, 2014 7:25 pm

L’exploitation sexuelle des femmes syriennes réfugiées en Turquie
Publié le 31 janvier 2014 par Bernard Dick - Article du nº 340

Parmi les réfugiés syriens, les femmes représentent le groupe le plus fragile. A cause de leur dénuement et de la misère, elles s’exposent à toutes sortes d’extorsions, de chantages, d’odieuses exploitations. Cette situation s’est généralisée dans tous les pays limitrophes où les Syriens se sont réfugiés. La Turquie est l’un de ces pays. Elle a été la première à accueillir ces réfugiés. Elle leur avait même préparé des tentes, bien avant l’arrivée du premier réfugié. On peut considérer qu’aidant la rébellion syrienne, elle s’attendait à un afflux de populations.

Dans son numéro du 26 janvier 2014, le journal turc Milliyet (La Nation) vient d’ exposer la situation des femmes syriennes réfugiées dans le sud-est de la Turquie et notamment dans la région d’Iskenderun (district de Hatay).

Pour le journal, la femme syrienne, avant la crise, était « désirée et réclamée » par les hommes turcs mais, après le déclenchement de la guerre, la demande s’est accentuée et le nombre des « imams de fornication » a progressé. Les Turcs ont fait de la femme syrienne la seconde, la troisième et la quatrième épouse et, très souvent cela s’est fait sous la contrainte de la part de la famille même de la femme. Mais ce qui a poussé au développement de ce phénomène, c’est que les « frais » d’un mariage avec une Syrienne sont nettement moindres que les frais d’un mariage avec une Turque.

Et le journal poursuit : « Les frais d’un mariage avant la guerre se situaient entre 5.000 et 7.000 $. Ils sont tombés à 1.000 $ après le déclenchement de la guerre. Le « prix » varie selon la beauté de la femme et son âge, et souvent, l’âge oscille entre 14 et 15 ans ».

La majorité des réfugiés syriens ne peuvent payer un loyer qui atteint 400 $. Le propriétaire, pour « résoudre » le problème, propose donc aux parents d’épouser leur fille.

MARIAGE SYRIENNES TURQUIE Tractation en cours

Le rapport dit que « les formalités de mariage avec des Syriennes sont devenues un commerce. Un témoin, cité dans le rapport, précise que les second et troisième mariages des hommes Turcs se font avec une femme syrienne. Et il arrive donc : que des hommes de 60 ans épousent des filles dont l’âge ne dépasse pas 20 ans ».

Pour Milliyet, plus de 90% des hommes mentent quand ils déclarent leur intention de se marier. En réalité, ils exploitent les Syriennes pour « passer le temps ». Une de ces femmes, âgée de 23 ans, raconte que l’homme de 55 ans qui s’était présenté à elle avait déclaré qu’il était célibataire. Ce n’est qu’après avoir accepté le mariage, poussée par le besoin, et que, lors de la recherche de logement, elle s’est rendu compte qu’il était marié et père de quatre enfants.

Des enquêtes ont prouvé aussi qu’un nombre important de Syriennes, dans les camps et à l’extérieur des camps, sont exposées aux violences et aux viols. Si le nombre officiel des réfugiés syriens en Turquie est évalué à 577.000, les estimations dépasseraient un million. Le plus grand nombre vit hors des camps officiels et n’a pas de papiers. Selon la loi turque, on leur donne l’appellation d’ «invités ». Ils vivent dans des immeubles en construction ou squattent les hangars.

Sur un autre point, le rapport cite le nombre d’enfants nés dans les camps de réfugiés, en Turquie seulement. Ce nombre a atteint 8.000 enfants en 2 ans et demi. Un grand nombre de garçons ont reçu le prénom de « Rajab », en hommage au premier ministre turc. Et si c’est une fille, « Amina », en hommage à la femme de Rajab …

Triste condition que celle de la femme syrienne en ce moment de guerre et d’exode.

Bernard Dick
avatar
abdelmalek
Admin

Messages : 83
Date d'inscription : 16/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amnesty refuse queLes femmes réfugiées Syriennes se transforme en fromage

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum